Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 19:05

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 10:13
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 11:18
Hachis Parmentier avec de la bonne moutarde Fine et Forte Amora
Hachis parmentier

Un délicieux Hachis Parmentier avec de la bonne moutarde Fine et Forte Amora pour toujours plus de goût!

  • Temps de préparation: 15 Min
  • Temps de cuisson :: 30 Min
  • Temps de préparation totale: 45 Mi
  • 320g de pommes de terre
  • 2 grosses c à s* de Moutarde Fine et Forte Amora
  • 10g de persil haché
  • 3 c à s d'huile d'olives
  • 20g de fromage râpé
  • 200 ml de lait
  • 400g de viande hachée
  • 1 oignon
  1. 1- Éplucher les pommes de terre et les faire cuire dans l'eau bouillante salée pendant 20 minutes.
  2. 2- Placer les pommes de terre cuites dans un saladier et les écraser à l'aide d'une fourchette.
  3. 3- Rajouter 10g de persil haché et 2 cuillères d'huile d'olive dans le saladier et la moutarde et mélanger le tout.
  4. 4- Découper un oignon en tous petits morceaux et les faire revenir dans une poêle avec 1 cuillère d'huile d'olives. Rajouter la viande hachée dans la poêle et la faire cuire.

  5. 5- Dans un plat allant au four, verser le mélange viande hachée et oignon, puis recouvrir du mélange écrasé de pommes de terre et persil, puis recouvrir de fromage râpé et laisser gratiner 10 min au four.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 11:13
Amora cornichons Aigres-Doux

Amora cornichons Aigres-Doux, reconnus Saveur de l’Année 2014 !

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 10:37
Bonne et heureuse Année 2015

Newsdenous vous souhaite une bonne et heureuse année 2015.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 11:29
L’ouverture de la première boutique Maille en plein siècle des Lumières

L’histoire de Maille trouve ses fondements dans l’épidémie de peste de 1720, avant d’ouvrir une première boutique parisienne et de conquérir l’exigeante cour royale française.



Alors que les élites intellectuelles se croisent et débattent à Paris, Versailles ou dans les salons, la ville de Marseille est ravagée par la peste de 1720. Le virus décime la population emportant avec lui 30 à 40 000 habitants dans une cité qui n’en compte que 80 à 90 000. C’est alors qu’Antoine-Claude Maille (père) découvre les propriétés antiseptiques du vinaigre. Mettant son génie au service des malades, ce distillateur vinaigrier parisien invente le « Vinaigre des quatre voleurs », étudié pour soulager les marseillais.

Vingt-deux ans plus tard Antoine-Claude Maille (fils) reprend officiellement le flambeau familial en s’établissant comme maître vinaigrier. Il verse d’ailleurs à ce titre des « cotisations syndicales ». En 1747, le succès est au rendez-vous, et en plus d’ouvrir une première boutique (rue Saint-André des Arts à Paris), il devient le fournisseur officiel de la cour du roi Louis XV. Amoureuse des bonnes choses, la Marquise de Pompadour devient une fidèle cliente de la maison Maille.
Très rapidement, la qualité des produits retient l’attention des cours autrichiennes et hongroises. Pour faire face à une demande grandissante, un second magasin ouvre Route de Versailles.
En 1769, Antoine-Claude Maille devient « distillateur vinaigrier ordinaire » auprès du roi Louis XV, et la cour découvre alors avec gourmandise les produits Maille chaque jour, et non plus uniquement lors des grandes occasions.
Enfin, point d’acmé d’un siècle riche en rebondissements, la maison Maille devient fournisseur officiel de l’Impératrice Catherine II de Russie.

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 13:49

Unilever va supprimer davantage de postes en Europe où le salaire réel des consommateurs diminue ce qui pèse sur la demande pour les marques du groupe, a déclaré le directeur général Paul Polman dans un entretien accordé à l'hebdomadaire allemand WirtschaftsWoche.

"Si des marchés comme celui de l'Europe n'ont plus de croissance parce que salaires réels sont moindre, nous devons malgré tout trouver une solution pour que nos produits restent disponibles", a-t-il déclaré. "Et cela signifie qu'il faut que nous réduisions les coûts dans l'immédiat et que nous fermions des sites de production s'ils n'ont plus d'utilité", a-t-il ajouté.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/08/03/97002-20140803FILWWW00093-unilever-supprimera-plus-de-postes-en-europe.php

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 19:35
Partager cet article
Repost0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 09:04

 

 

 

Capture.JPG

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 14:03
Les moutardiers de Côte-d’Or ont été obligés de trouver de nouvelles capsules sans bisphénol A pour être en accord avec la réglementation. Photo illustration Philippe Bruchot

Les moutardiers de Côte-d’Or ont été obligés de trouver de nouvelles capsules sans bisphénol A pour être en accord avec la réglementation. Photo illustration Philippe Bruchot

Les moutardiers de Côte-d’Or ont trouvé des capsules sans bisphénol A pour les pots de condiments. En revanche, ils dénoncent un surcoût et une concurrence européenne.

Ils avaient jusqu’au 1er janvier 2015, date d’entrée en vigueur de l’interdiction du bisphénol A (BPA) pour tous les contenants alimentaires, pour trouver des alternatives afin de changer le type de leurs capsules. Ils n’ont pas attendu le dernier moment. Les moutardiers de Côte-d’Or (*) seront donc prêts.

De nouvelles capsules sans BPA

« Le problème est en voie de règlement. Nous n’avons pas d’inquiétude à ce sujet. Nous allons répondre à l’exigence de cette réglementation dans les délais », déclare Luc Vandermaesen, directeur général de Reine de Dijon à Fleurey-sur-Ouche. « Nous achèterons des capsules sans BPA intentionnel », poursuit le chef d’entreprise. « Suite à notre demande, nos fournisseurs nous ont proposé un nouveau système où il n’y a pas d’ajout de BPA. » « Nous avons des solutions », confirme Marc Désarménien, dirigeant de la moutarderie Fallot à Beaune. « Très concrètement, nous changerons le vernis intérieur de nos capsules à partir du second semestre de cette année, pour être conforme à la réglementation en janvier prochain. » Sans donner de détails sur les produits de substitution, la communication d’Unilever, qui possède Amora-Maille, a indiqué que « l’entreprise sera en conformité avec la loi ; nos produits seront prêts ».

Surcoût pour les fabricants

En outre, les moutardiers du département font tous remarquer que le fait de ne plus utiliser des capsules avec BPA entraînera un surcoût. « Les nouvelles capsules sont plus chères que celles qui contiennent du BPA », note Luc Vandermaesen. « Cette solution est plus coûteuse », confirme Marc Désarménien. « Chez nous, nous aurons de 5 à 6 % environ d’augmentation par capsule. » Néanmoins, selon le chef d’entreprise, compte tenu du contexte actuel de crise, le surcoût ne serait pas pris en charge par les clients, mais bien par les entreprises. « Pour nous, cela sera une perte financière qui serait difficilement répercutable auprès de nos clients », explique Marc Désarménien. « De plus, étant donné que nous exportons plus de 50 % de notre production, ce problème de bisphénol ne concerne par les Américains et les Canadiens par exemple. »

Concurrence

Un autre point est dénoncé par les moutardiers locaux. « Nous allons être en concurrence avec des fabricants qui se situent dans d’autres pays et qui, sur la grande exportation, n’auront pas cette problématique », regrette Luc Vandermaesen. « Je déplore que le fait que cette décision a été prise au niveau français et non pas dans l’ensemble de l’Union européenne », dit Marc Désarménien. « Je pense que les 28 états membres sont suffisamment adultes pour juger de la dangerosité du produit. Si c’est le cas, selon moi, la décision devrait être prise au niveau communautaire, et non uniquement par la France, ce qui est aberrant. »

(*) Contactée, l’entreprise Européenne de condiments n’a pas pu répondre dans nos délais.

http://www.bienpublic.com/cote-d-or/2014/03/29/bisphenol-a-la-grogne-des-moutardiers


Partager cet article
Repost0